Argenteuil bascule à droite…

N’ayant pas pour habitude de réagir à chaud, j’ai préféré attendre quelques jours pour revenir sur la défaite du dimanche 30 mars qui a vu G. Mothron et son équipe arriver en tête du deuxième tour des élections municipales à Argenteuil.

Voici donc les résultats que tout le monde connait déjà :

Nombre d’inscrits 52 862
Nombre de votants 31 051
Taux de participation 58,74%
Blancs ou nuls (en pourcentage de votes exprimés) 4,79%
Liste Tête de liste Voix %Voix
Une nouvelle chance pour Argenteuil Georges MOTHRON 14 876 50,31%
Tous fiers d’être Argenteuillais        Philippe DOUCET 14 689 49,68%

Ainsi, avec seulement 187 voix d’avance pour la liste UMP/UDI/PCD, Argenteuil, ville pourtant ancrée à gauche, bascule à droite comme ce fut déjà le cas en 2001.

L’analyse de cette défaite de la gauche (et non de cette victoire de la droite) a déjà fait couler beaucoup d’encre : vague bleue nationale, surmobilisation de l’électorat de droite, abstentionnisme des classes populaires, sanction de la politique gouvernementale…

La défaite de la liste « Tous fiers d’être Argenteuillais » n’est surement pas une sanction du bilan de l’équipe sortante ou de son projet, encore moins un plébiscite de la politique proposée par G. Mothron, celle-ci se résumant d’ailleurs à un écran de fumée masquant une absence totale de vision et d’ambition pour Argenteuil.

Cette défaite est due à une conjonction de facteurs qui, au final, se révèlent défavorables à la gauche et engendrent le retour de la droite dure à la tête de notre ville.

Parmi ces facteurs déterminants, je souhaite dénoncer la campagne populiste, calomnieuse et malhonnête menée par la droite, notamment durant les dernières semaines, et déplorer l’attitude irresponsable de certaines personnalités politiques de gauche qui, entre les deux tours, ont sciemment joué la carte de l’UMP en appelant à l’abstention ou au vote blanc plutôt qu’au rassemblement derrière la liste conduite par Philippe Doucet. A 187 voix d’écart, il est évident que chaque acte, chaque parole, ont eu des conséquences irrémédiables, que ce soit par des tracts outrageants comme ceux produits par la droite moins de 48h avant le scrutin, ou par des prises de position à l’emporte-pièce de certains responsables de gauche empêtrés dans un pseudo-débat national.

In fine, ce sont les Argenteuillais qui vont subir les conséquences de ce vote.

Car l’équipe qui revient, nous la connaissons déjà… pour le pire. C’est l’équipe qui a détruit 500 logements sociaux, qui s’est lancée dans la gentrification d’Argenteuil, qui a mis la ville à la limite du dépôt de bilan avec une dette composée à 96 % d’emprunts structurés, qui prenait des arrêtés anti-mendicité pour motif de « gêne olfactive anormale », qui a rendu tristement célèbre Argenteuil au-delà des frontières en tentant d’expérimenter un répulsif nauséabond contre les SDF, et qui n’a rien fait ou si peu pour faire avancer notre ville : quelques dizaines de places en crèches, des friches laissées à l’abandon partout, des rues, des équipements sportifs et des écoles à bout de souffle, un équipement culturel que l’équipe arrivée en 2008 a dû sortir de l’eau (au propre comme au figuré), des services publics réduits au minimum, des quartiers délaissés…

Même si pour le marketing de campagne, l’équipe de G. Mothron a subi un petit lifting, un petit rajeunissement, un certain renouvellement, le tout avec une bonne dose de diversité histoire de ratisser large, ne nous y trompons pas. Comme durant le mandat 2001-2008, ce sont toujours les mêmes qui tireront les ficelles : G. Mothron, X. Péricat et Ph. Métézeau. Sans avoir de boule de cristal, cela permet de savoir de quoi l’avenir sera fait, et je crains vraiment le pire pour Argenteuil et ses habitants.

Pour ma part, depuis le conseil municipal d’installation du 4 avril, je suis devenu conseiller municipal d’opposition aux côtés de Philippe Doucet et des 11 autres élus de la liste « Tous fiers d’être Argenteuillais », face aux 42 élus de la nouvelle majorité. Ensemble nous entendons mener une opposition constructive et nous continuerons à défendre les intérêts des Argenteuillais et à porter haut nos valeurs qui sont le socle de notre engagement pour Argenteuil.

Après 6 ans d’efforts acharnés, nous pouvons être fiers du travail accompli et du nouvel élan donné à notre ville. Avec des finances assainies, des équipements publics structurants, en plus grand nombre et rénovés dans chaque quartier, des politiques publiques répondant aux multiples besoins d’une population grandissante, et un renouveau de la vie associative, culturelle et sportive, Argenteuil est redevenue une ville où il fait bon vivre.

Espérons que la droite revancharde nouvellement arrivée passe plus de temps à poursuivre les projets en cours et les politiques publiques mises en place plutôt qu’à chercher à tout détricoter au risque de faire retomber Argenteuil dans l’immobilisme, l’isolement et la stigmatisation.

Voici le lien vers le communiqué de Philippe Doucet sur le même sujet que je partage pleinement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*